ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

icone mail

 

EUROPE tortueAvec Donald Trump, le réveil des chers ‘alliés’ de l’Amérique est brutal. En Allemagne aussi, on s’interroge sur la validité d’un parapluie OTAN qui n’est plus une assurance-vie, d’autant plus que Trump considère que l’institution OTAN est ‘obsolète’. De quoi brouiller les cartes géopolitiques.
Selon les proches de Merkel, dont les propos sont relayés par ‘Der Spiegel’ ce mois-ci, le moment est venu de revisiter l’Europe. Première étape ? Convaincre les voisins et partenaires de l’Allemagne que le sauvetage de l’UE ne passe plus par l’union monétaire. Arrêtons de faire marcher les essuie-glaces à la même vitesse, selon les directives de la Commission de Bruxelles, arrêtons de faire marcher la planche à billets selon les directives de la Banque Centrale européenne et essayons plutôt de propulser des missiles à la même cadence. Voici la recette préconisée pour remettre l’UE sur les rails : en empruntant le filon militaire, on reprend le flambeau d’une Communauté Européenne de Défense (CED).
Séduisant, non ? L’Allemagne est de retour et le timing est parfait car le pays n’est plus un nain militaire et les clichés sur un peuple de pacifistes bêlants qui rêvent de finlandisation est dépassé. N’en déplaisent à Chevènement ou Mélenchon, Berlin sait concurrencer Paris pour figurer au hit-parade des marchands de canons et sous-marins. Merkel va relancer son budget de la défense et réintroduire le service militaire obligatoire. Reste une étape à franchir : négocier l’européanisation de la dissuasion française.
Combien de doigts sur la gâchette nucléaire ?

Lire la suite : L’Allemagne, prête à flirter avec la bombe française

Missiles PlantuGrâce à Téhéran et grâce à tous les acteurs qui se penchent sur son sort, on peut dire que la bombe iranienne à venir est – déjà - une arme d’instruction massive. A nous d’en tirer quelques enseignements.
Dans les négociations en cours, brouiller les pistes est une vieille recette. Que Messieurs Kerry ou Obama pinaillent sur les arrangements en cours, c'est tout de même grâce à la générosité de Washington que l'Iran acquiert dès 1967 un réacteur de recherche de 5 MW pour le collège technique d'Amir Abad aux alentours de Téhéran.
Ceux qui hurlent aux loups ne sont pas les plus crédibles. Quand Paris, par la voix de son ministre Laurent Fabius,  fait savoir sur les ondes de France Inter que le nucléaire militaire au Moyen-Orient "serait un danger considérable", il ne mentionne pas le cas d’Israël, alors même que l’arsenal nucléaire israélien et son monopole est vécu comme le facteur le plus déstabilisant dans la zone.
Mettre des bâtons dans les roues des amoureux de la bombe n’est pas nouveau. Quand les Barbus de Téhéran décident de s’approvisionner en uranium auprès du Kazakhstan, les Américains lancent l’opération ‘Saphir’ en 1994 : des avions de transport C-5 vont aller récupérer de l'uranium enrichi (un pactole suffisant pour produire une cinquantaine de bombes), l'emmener à Oak Ridge dans le Tennessee, quitte à dédommager les Kazakhs par la suite pour les pertes occasionnées.

Lire la suite : La bombe iranienne, Arme d’Instruction Massive

ISRAEL NUKES IRAN

Je dois commencer par une confession choquante : Je n'ai pas peur de la bombe nucléaire iranienne. Je sais que cela fait de moi une personne anormale, presque un monstre. Mais que puis-je faire ? Je suis incapable d'avoir peur, comme un vrai Israélien. J'essaie comme je le peux, la bombe iranienne ne m'angoisse pas. Mon père m'a une fois enseigné comment résister au chantage : Imagine que la terrible menace d'un maître-chanteur s'est déjà réalisée. Alors tu pourras lui dire : Allez au diable ! J'ai souvent suivi ce conseil et il était fondé. Aussi maintenant je l'applique à la bombe iranienne : J'imagine que le pire est déjà arrivé : les horribles ayatollahs ont déjà obtenu les bombes qui peuvent éradiquer le petit Israël en une minute. Et alors ?

Selon des experts étrangers, Israël a plusieurs centaines de bombes nucléaires (les évaluations varient entre 80-400). Si l'Iran envoie ses bombes et efface la plus grande partie d'Israël (moi-même inclus), des sous-marins israéliens effaceront l'Iran. Quoi que je puisse penser de Benjamin Netanyahou, je compte sur lui et nos chefs de sécurité pour garder notre capacité de riposte intacte. Nous avons été informés que l'Allemagne avait livré un nouveau sous-marin de pointe à notre marine à cette fin. Des Israéliens imbéciles – et il y en a un certain nombre – répondent : ‘Oui, mais les dirigeants iraniens ne sont pas des gens normaux. Ils sont fous. Des fanatiques religieux. Ils risqueront la destruction totale de l'Iran juste pour détruire l'État sioniste. Comme on échange les reines dans le jeu d'échecs’. De telles condamnations sont le résultat de décennies de diabolisation. Les Iraniens – ou au moins leurs dirigeants – sont vus comme des mécréants inhumains. La réalité nous montre que les dirigeants d'Iran sont des hommes politiques très mesurés, très prévoyants. Style prudents marchands dans le bazar iranien. Ils ne prennent pas de risques inutiles. La ferveur révolutionnaire des premiers jours de Khomeiny est passée depuis longtemps, et même Khomeiny n'aurait pas imaginé faire quelque chose qui soit si proche du suicide national.

Lire la suite :  Uri Avnery - la bombe iranienne, qui en a peur ?

n-korea-lower-tech-threatOui, disons le carrément : il faut remercier le 'camarade' nord-coréen Kim Jong-Un, hissé au hit-parade de la provocation internationale. Grâce à ce maître chanteur hors pair me revient le slogan qu'on pouvait lire sur les autocollants en Allemagne dans les années 80 : Eine einzige Atombombe kann dir dem ganzen Tag verderben... Ou, si vous préférez : Une seule bombe nucléaire peut carrément te gâcher la journée.

 

 

Une erreur de timing

Le premier secrétaire du parti des Travailleurs n'a pas eu de chance. Alors qu'il s'évertue à améliorer l'image de marque de son pays – le 'branding' comme disent les Anglo-saxons – voilà qu'il se plante dans le calendrier de ses célébrations. Plutôt que de faire péter sa bombinette le 16, (février), histoire de rendre hommage à feu son père en sa date d'anniversaire, Kim a préféré le 12, le jour même où le Pape Benoît décida de rendre son tablier. Et voilà que la modestie bienveillante du chef de l'église a failli éclipser le coup de gueule atomique du chef autoproclamé de l'Axe du Mal.

Lire la suite : Le leader nord-coréen, un bienfaiteur malgré lui

missile-briséParis a hébergé les 29 et 30 juin un 'mini-sommet' avec les représentants des 5 puissances nucléaires (militaires) qui sont membres du Conseil de Sécurité. Une occasion en or pour rouler dans la farine ceux qui ont la naïveté de croire que la sécurité n'a rien à voir avec le nucléaire...
Ca n'a échappé à personne : tout le monde veut se débarrasser du nucléaire. Du nucléaire militaire évidemment. Mais contrairement à ce qui se dit et se fait pour le nucléaire civil, tout le monde voudrait d'abord et avant tout se débarrasser du nucléaire des autres. Ce marchandage qui a pris naissance à l'ONU dans les années 60, à la suite de l'essai nucléaire chinois d'octobre 1964, est toujours d'actualité.

Lire la suite : Le casse-tête anti-nucléaire pour la France