ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

icone mail

 

Le blog de Ben Cramer, journaliste polémologue
 

10 Déc 2017
L'arbre du nucléaire et la forêt du désarmement


L’arbre des munitions nucléaires va-t-il cacher la forêt du désarmement ? Attention : la célébration du 26 septembre, déclarée Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires, risque de porter ombrage à la journée mondiale de la paix du 21 septembre.

A force de considérer que le nucléaire (en tout cas sa version militaire) représente le critère déterminant pour distinguer les’ bons’ et les ‘méchants’, les brebis et les loups, les capacités mortifères des Etats dépourvus de l’arme suprême sont sous-estimées. Au mépris de la complexité et la diversité des nations et des peuples ? En tout cas, la géographie et l’histoire de la destruction ne nous permettent pas de conférer à une seule et unique catégorie d’armement le privilège [ ... ]

Propos désarmants et pacifisteslire la suite...
10 Déc 2017
ICAN au chevet d'un monde malade


La campagne pour l’abolition des armes nucléaires ou ICAN fut lancée en 2007 par l’Association des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW selon les acronymes anglo-saxons), la section française, Association des Médecins pour la prévention de la guerre nucléaire étant présidée par Abraham Behar. La campagne est aussi reliée en France.

Pour ces médecins au service des urgences, les malades que sont les Etats pro-nucléaires - et ils sont 70 ! - méritent des soins intensifs. Il ne sert probablement à rien, au vu des symptômes, de s’acharner avec pour seule feuille de route un traité international. Cela supposerait que la maladie atomique peut être éradiquée quel que soit le terrain, quels que soient le contexte et l’environnement du malade. [ ... ]

Propos désarmants et pacifisteslire la suite...
09 Déc 2017
ICAN - une victoire en trompe-l'oeil - suite 3

 

Depuis 1945, le nombre d'Etats qui ont renoncé à l'aventure nucléaire correspond peu ou prou au nombre de 'prétendants' à l'atome. En ce qui concerne les premiers, les élites au pouvoir se sont donné les moyens d’amorcer une évolution/révolution par rapport à leurs sujets-citoyens et aussi par rapport à leurs voisins ou ennemis. Cette démarche est vertueuse, en raison de leur renoncement et du pourquoi de ce renoncement. Se débarrasser à un moment précis de l’Histoire d’un outil qui devenait un fardeau encombrant ou insupportable est un acte politique et pas seulement un calcul d’opportunités. 

Au Brésil et en Argentine, par exemple, les élites ont frayé leur chemin vers la dénucléarisation et le processus, unique en son genre, s’est joué en duo. [ ... ]

Propos désarmants et pacifisteslire la suite...
09 Déc 2017
ICAN-une victoire en trompe l'oeil ?

  Les Neuf ‘salopards’ (suite ICAN-2)

Même parmi les Etats nucléaires et qui sont fiers de l’être, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Pourquoi les mettre dans le même sac ? Sur les neuf, deux Etats monopolisent 91% des armes nucléaires.

Cinq sont membres du Conseil de Sécurité et grâce au Traité de Non Prolifération (TNP) qui a officialisé leur statut, aucun de leurs dirigeants n’envisage ‘de se priver de ce privilège qui lui a été conféré par un accident de l’histoire’, selon l’expression de Jacques Attali. 

Quatre (4) puissances (Corée du Nord, Inde, Israël, Pakistan) snobent le TNP. Le premier dissident a renoncé à ses obligations d’antan en ayant recours à l’article 10 du TNP qui fut réclamé au départ par l’Allemagne. [ ... ]

Propos désarmants et pacifisteslire la suite...
09 Déc 2017
ICAN, NOBEL et la paix en kit (1)

 Les questions qui fâchent

La résolution de bannir l’arme nucléaire de la surface de la Terre a été boycottée par 70 Etats (qui ont préféré s’absenter des débats et du vote). Ce chiffre soulève de véritables interrogations ; même si la résolution a été approuvée par 122 Etats avec 1 opposition (les Pays-Bas) et une abstention, celle de Singapour. Pourquoi le Japon, seul territoire victime de frappes atomiques, a-t-il boycotté les débats à l’ONU au même titre que les Etats nucléaires ? Pourquoi le Saint-Siège, qui détient un statut de membre observateur à l’ONU, a-t-il été habilité à prendre part au vote sur l’interdiction et pourquoi l’église catholique détient-elle l’exclusivité des voix théologiques ? Lorsque le réseau International Campaign [ ... ]

Propos désarmants et pacifisteslire la suite...
20 Aoû 2017
Apocalypse Now ? Non ! Mais à prévoir

'À nos risques et périls : l’évaluation du risque par le Département de la Défense dans un monde post-suprématie'. C’est le titre d’un rapport émanant de l’institut d’Etudes Stratégiques du U.S. Army War College paru en juin. Du lourd. Un condensé de recettes-choc destiné aux élites à Washington. Objectif : ralentir et limiter la casse autour de l’effondrement inéluctable du ‘siècle américain’, s’il en est encore temps.
Au pays de Trump, il y a péril en la demeure. L’Amérique va mal. Que Steve Bannon, l’un des ex-conseillers du président, qui pariait sur l'avènement prochain de l'Apocalypse, ait été congédié n’y change rien. Comme dirait le catastrophiste éclairé, Paul Virilio, un conducteur de train doit anticiper le déraillement, un pilote [ ... ]

Destructions durableslire la suite...
19 Aoû 2017
Michel Giran, tisseur de liens

Sacré Michel ! Grâce à une séance homérique de hataha yoga au milieu de la caserne de Limoges durant 3 jours, il est parvenu à échapper au service militaire.Pour se mettre au service d’autres causes...

On en parlait souvent le samedi matin, au café des ‘Philosophes’ (Paris 11ème, près de Nation) et avec humour. D’où les 'nains de jardin' ; car Michel ne se prenait pas au sérieux. A propos des idées reçues que nous combattions, à propos des idées reçues sur la guerre et la paix, il faisait remarquer : mais enfin, Ben, si on les a reçus, cherchons à savoir qui nous les a donnés ?!
Le 21 décembre 2012, il était témoin [ ... ]

Lanceurs d'alertelire la suite...
03 Aoû 2017
Conflit armé en Syrie et dégâts ‘naturels’

Actuellement, les conflits armés touchent une vingtaine de pays et 11 % de la surface de la terre. Ils affectent la vie d’un milliard de personnes. Mais pas seulement car ces zones de guerre affectent 10 % des hotspots de biodiversité.
Toute dégradation de la nature dans ces zones constitue dès lors un appauvrissement du patrimoine naturel mondial Pourtant, leurs conséquences sont graves et leurs dégâts irréversibles : dans ces zones, ce sont les générations futures qui subiront pendant très longtemps les conséquences des dévastations actuelles.

Le patrimoine naturel syrien

La Syrie recouvre 185 000 km2. C’est un pays situé dans le sud-ouest du continent asiatique et à l’est [ ... ]

Destructions durableslire la suite...
13 Mai 2017
L’environnement, source de conflits – le GRIP à l’avant-garde (suite)

Il y a 25 ans, le GRIP publiait ‘Les Conflits Verts – La dégradation de l’environnement, source de tensions majeures’.
Bien qu’il n’ait aucune prétention particulière, ce livre va marquer les esprits et influencer tous ceux et celles qui se rendent compte alors de l’utilité de se mobiliser en faveur d’une certaine écologie, bien avant que ne se développe un verdissement de la peace research, avant même que la notion de sécurité environnementale ait reçu ses lettres de noblesse, avant que le PNUD ne fasse apparaître le concept de sécurité humaine dans son rapport sur le Développement Humain ; dix ans avant que ne soit prononcée la fameuse phrase [ ... ]

Destructions durableslire la suite...
01 Mai 2017
Bilan carbone et exception militaire

 Les activités de 230.000 militaires, qui gèrent et manient (grâce à 250 000 hectares d’entraînement) 400 tanks, 1.200 avions et hélicos, 120 navires, émettent des gaz à effet de serre. Eh oui, au même titre que le transport routier, le bâtiment, l’agriculture, le secteur militaire impacte le dérèglement climatique.

Pour paraphraser Yves Lacoste, le pétrole, ça sert d’abord à faire la guerre. Les machines de guerre brûlent tellement de combustible que les consommations ne s’expriment pas en litres/100 km mais en litres/heure. Les pays disposant des plus grands arsenaux sont aussi les plus gros consommateurs de carburants. D’ailleurs, [ ... ]

Dérèglements climatiqueslire la suite...