ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

Sécurité écologique

Butterfly and moonL'écologie a ceci d'exceptionnel d'avoir été d'abord une science et de s'être ensuite transformée pour devenir un des principaux enjeux politiques et éthiques de notre époque. Certes, l'écologie scientifique continue de connaître un très grand développement, produisant chaque jour de nouvelles données sur les menaces qui pèsent sur la biosphère, mais il apparait, corrélativement, que seule une prise de conscience globale de l'humanité, des problèmes qu'elle pose permettrait d'y apporter des solutions à une échelle convenable. A l'évidence, l'écologie environnementale, qui est entièrement tributaire de la capacité d'intervention de multiples sphères de décision, dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, révèle une paralysie progressive, une incapacité à prendre des mesures d'envergure, allant à l'encontre des lobbies ou même de larges mouvements d'opinion.
Il semble que la mondialisation de l'économie laisse de moins en moins d'initiative aux décideurs politiques et cela indépendamment du fait qu'ils soient de droite ou de gauche.
Ainsi la crise écologique renvoie à une crise plus générale du social et du politique. En fait, ce qui se trouve mis en cause, c'est une sorte de révolution des mentalités qui cautionnent aujourd'hui un certain type de développement, un productivisme ayant perdu toute finalité, hors celle du profit et du pouvoir, un idéal de consommation qui confine a l'infantilisme. L'humanité sera-t-elle capable, dans ce contexte de prendre en main son destin ? Vue des pays du tiers-monde, la situation semble désespérée. Sous une pression démographique insoutenable, des centaines de millions d'individus sont condamnés à la famine, à la déchéance et à des dévastations écologiques effroyables, y compris sociales et mentales. Mais il serait tout à fait abusif d'incriminer de façon prioritaire le tiers-monde de tous nos maux écologiques ! Alain Lipietz a bien montré, à cet égard, les méfaits du mythe du «poumon amazonien». Ce sont les pays les plus développés qui sont les plus polluants et c'est à eux que revient la responsabilité des déséquilibres catastrophiques que connait le tiers-monde d'un point de vue économique.
En principe, je veux dire, vu de Sirius, les solutions sont à portée de la main. Les révolutions technico-scientifiques fabuleuses qui caractérisent notre époque, dûment réorientées, pourraient résoudre aussi bien les problèmes d'alimentation, de pollution, que d'expansion culturelle. Mais au lieu de cela, c'est l'immobilisme, l'expansion des régressions intégristes, le chacun pour soi au détriment de tous.

Lire la suite : Guattari et l'enjeu éthique de l'écologie

redwhitepoppySi tu peux rester calme alors que, sur ta route,
Un chacun perd la tête et met le blâme en toi ;
Si tu gardes confiance alors que chacun doute,
Mais sans leur en vouloir de leur manque de foi ;
Si l'attente, pour toi, ne cause trop grand-peine ;
Si, entendant mentir, toi-même tu ne mens,
Ou si, étant haï, tu ignores la haine,
Sans avoir l'air trop bon, ni parler trop sagement ;
Si tu rêves – sans faire des rêves ton pilastre ;
Si tu penses – sans faire de penser toute leçon ;
Si tu sais rencontrer Triomphe ou bien Désastre,
Et traiter ces trompeurs de la même façon ;
Si tu peux supporter tes vérités bien nettes
Tordues par les coquins pour mieux duper les sots,
Ou voir tout ce qui fut ton but brisé en miettes,
Et te baisser, pour prendre et trier les morceaux ;
Si tu peux faire un tas de tous tes gains suprêmes
Et le risquer à pile ou face, - en un seul coup -
Et perdre – et repartir comme à tes débuts mêmes,
Sans murmurer un mot de ta perte au va-tout ;
Si tu forces ton coeur, tes nerfs, et ton jarret
A servir à tes fins malgré leur abandon,
Et que tu tiennes bon quand tout vient à l'arrêt,
Hormis la Volonté qui ordonne - Tiens bon !
Si tu vas dans la foule sans orgueil à tout rompre,
Ou frayes avec les rois sans te croire un héros ;
Si l'ami de l'ennemi ne peuvent te corrompre ;
Si tout homme, pour toi, compte, mais nul par trop ;
Si tu sais bien remplir chaque minute implacable
De soixante secondes de chemins accomplis ;
A toi sera la Terre et son bien délectable,
Et – bien mieux – tu seras un Homme, mon fils.

Rudyard Kipling
Traduction et mise en vers effectuées par Jules Castier en 1949.

Écoute petit homme, tu ne le savais pas ?
strass00th

Écoute donc les flots qui s'écrasent sur les plages
Et sache que ce mouvement que la Lune influence
Précède tous les autres à sa propre cadence.
Même le vol du faucon dans le désert de sable,
Même le chant du coq qui rythme ton village,
Même le cri d'la hyène et les lois de la jungle
Même la science des sages qui lisent dans les étoiles ....

Que l'aventure humaine était dans le pourquoi...
Dis-moi, petit bonhomme, tu ne le savais pas ?

Fragile vaisseau spatial et p'têtre mêm' éphémère
Tandis que « çà » tourne bien, on va encore penser
Que le cycle de la vie c'est comme un CDD !
Que le Soleil se lasse et qu'il va se coucher.
Le chaos nous dépasse et surtout nous devance
L'univers s'impose, sans limite, sans vacances.
L'hirondelle attend-elle que l'hiver soit passé ?

Lire la suite : Ecoute, petit homme, écoute...

La quatrième planète était celle du businessman. Cet homme était si occupé qu'il ne leva même pas la tête à l'arrivée du petit prince.
- Bonjour, lui dit celui-ciactu2010 gkix3. Votre cigarette est éteinte.
- Trois et deux font cinq. Cinq et sept douze. Douze et trois quinze. Bonjour. Quinze et sept vingt-deux. Vingt-deux et six vingt-huit. Pas le temps de la rallumer. Vingt-six et cinq trente et un. Ouf! Ça fait donc cinq cent un millions six cent vingt-deux mille sept cent trente et un.
- Cinq cents millions de quoi ?
- Hein? Tu es toujours là ? Cinq cent un millions de...je ne sais plus... J'ai tellement de travail ! Je suis sérieux, moi, je ne m'amuse pas à des balivernes ! Deux et cinq sept...
- Cinq cent un millions de quoi, répéta le petit prince qui jamais de sa vie, n'avait renoncé à une question, une fois qu'il l'avait posée.

Lire la suite : Le Petit Prince et le businessman