ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

Polémologie / Irénologie

 

carte foragesLa géographie çà sert d'abord à faire la guerre (1) écrit Yves Lacoste, le fondateur de la revue Hérodote " . On pourrait ajouter ici en le paraphrasant : 'La géographie çà sert aussi... à stocker des déchets nucléaires'!


Si la loi Bataille a le mérite de spécifier qu'il faut au moins deux laboratoires, rien ne dit que le deuxième doit forcément être dans le granit. Fait confirmé par l'inspirateur de cette loi, Christian Bataille, qui rappelait le 30 mai 2001, que "rien ne précise dans cette loi que le second laboratoire doit être dans du granite". Lors du débat parlementaire sur l'énergie, aux alentours du printemps et de l'été 2003, le projet d'un deuxième laboratoire granit (prévu par la loi Bataille) n'est pas évoqué. Bizarre ? Bizarre ? Il déclare, dans une interview à l'Agence France Presse (AFP), le 16 mars 2003, toujours au sujet de sa loi : Au terme de ce délai, le parlement peut très bien refuser le stockage souterrain, ou valider un site, ou rallonger les délais prévus par la loi. Un seul site peut être suffisant(4) Transposons ce discours un peu hermétique dans la réalité de tous les jours entre Joinville et Bar Le Duc : Toutes les recherches seront effectuées dans les alentours de Bure pour la bonne et simple raison que l'endroit est suffisamment accueillant. Ceci n'est pas une conclusion hâtive, ceci relève des travaux tels qu'ils ont été publiés. Plus précisément, s'il existe des laboratoires de recherches génériques, utilisés principalement pour obtenir des informations sur un type de roche, la France dispose de Tournemire, comme le Suisse dispose du Mont-Terri. Il existe en outre des laboratoires spécifiques qui font partie intégrante du programme d'étude et d'aménagement d'un site potentiel qui est entrepris avant de construire le dépôt(5) . On peut citer le laboratoire Hadès/Urf de Mol en Belgique, ou encore Bure.

Lire la suite : Bure - Monsieur Bataille, combien de Laboratoires ?

irradies150Les Français sauront mettre à profit ces contradictions en aménageant discrètement leurs propres sites d'expérimentation. Pierre Mendès France, comme il le raconte dans ses Mémoires, a réalisé un parcours d'équilibriste : tout en étant "naturellement hostile" à ce type d'armement, "dont les inconvénients de toutes sortes n'étaient que trop évidentes", il n'a pas pu se permettre de déplaire à ceux qui voyaient dans l'atome une forme de reconnaissance. Devant l'ONU, à New York, Mendès France s'est trouvé confronté à un dilemme. Il confiera plus tard : lorsque je suis allé en Amérique en novembre 1954, je désirais proposer à l'Assemblée Générale des Nations Unies l'interdiction des explosions atomiques expérimentales (..) J'ai renoncé à déposer sur le bureau des Nations Unies le projet préparé. Je l'ai regretté plus tard, puisque l'interdiction a finalement été décidée sans que la France y ait eu le moindre mérite (et sans même qu'elle s'y associe et la respecte)".
Lorsque les deux "Grands" se sont mis d'accord en 1958 pour respecter un moratoire sur leurs essais atmosphériques, la France s'est évidemment insurgée.

Lire la suite : La France piégée par ses derniers essais

 

zoe soda atomChargé d'introduire dans la revue 'Politique Etrangère', le dossier sur les stratégies de l'avenir, Dominique David intitulait sa contribution :' l'ampleur du doute'. Les concepts qui expriment la puissance militaire sont de toute évidence en question. La mise en cause la plus nette, même si elle est relativement silencieuse, est sans doute celle qui touche l'arme nucléaire' précisait-il.
Période charnière. Période d'opportunités donc. Période exigeante dès lors pour élaborer les outils adéquats afin d'affronter l'avenir sans le subir. Réfléchir à l'avenir de l'arme nucléaire française, à son rôle, c'est s'interroger sur l'environnement international, ses devenirs possibles, sur l'évolution du débat politique et stratégique en France et à l'échelle internationale.
C'est aussi, pour un parti politique, faire l'effort pour définir des idées, des propositions aptes à influer sur les choix gouvernementaux et nationaux. Une chose au moins est assurée : c'est l'impossibilité de maintenir le statu quo. Une sorte d'angoisse semble saisir la réflexion stratégique touchant au nucléaire. Comme si l'effondrement des justifications traditionnelles de la dissuasion laissait une sorte de vide, en l'absence d'une alternative de sécurité pour l'après-guerre froide, acceptable pour les opinions.
Sans doute l'angoisse est-elle d'autant plus prégnante que l'armement nucléaire en France a fait l'objet d'un tabou. Je dis cela sans ironie : le tabou peut avoir sa légitimité. Il peut s'expliquer en l'occurrence par le fait qu'il touchait à trois dimensions considérées comme essentielles à la vie de la Nation : sa sécurité, sa souveraineté et l'affirmation de la puissance. Dès lors, le débat touche autant au symbole qu'à la stratégie elle-même. Le gel apparent du débat pendant une longue durée s'explique aussi par le caractère statique de la notion même de 'dissuasion', inapte à rendre compte des accumulations quantitatives comme des évolutions, des performances technologiques. Je dis 'gel apparent' car, de fait, l'arme nucléaire n'a cessé de faire l'objet de tensions, de polémiques depuis son apparition.

Lire la suite : L'avenir de l'arme nucléaire, entre pérennisation et élimination

CDgeneva

 

A force de manier le paradoxe, ou de faire usage de la langue de bois, les diplomates ont de la peine à convaincre le visiteur averti. 'Nul ne peut désormais prétendre que la France tourne le dos au désarmement' martèle l'ambassadeur Gérard Errera. Dans la partie de bras-de-fer qui se joue entre les États nucléaires et les autres, le représentant de la France aux négociations sur l'interdiction des essais nucléaires et sur le renouvellement du traité de non-prolifération (TNP) éprouve une certaine satisfaction à n'avoir pas cédé à la pression américaine dans un domaine aussi sensible.

Lire la suite : La France condamnée à désarmer

PAIX et SECURITE logoLorsque les relations internationales se sont constituées comme objets d’analyse et d’action, la sécurité ne pouvait rimer qu’avec souveraineté ; elle ne pouvait se penser qu’à l’échelon des Etats qui étaient en train de se constituer. Thomas Hobbes, le père fondateur de la politique moderne, liait intimement le rôle de souverain à celui de protecteur de sujets menacés de toute part, sur le plan interne comme sur celui d’une vie internationale qui ne pouvait qu’opposer indéfiniment des Etats qui n’avaient entre eux que des relations de 'gladiateurs'. Cette vision, totalement acceptable au XVII ème siècle, était apparemment banale : elle était pourtant lourde de conséquences.
Qu’on en juge : en partant de tels postulats, la guerre devenait ‘normale’ , tandis que la sécurité ne pouvait se penser qu’au singulier frontal. Il s’agissait de ma sécurité face à celle de l’autre. Un dangereux jeu à somme nulle s’esquissait : tout renforcement de ma propre sécurité ne peut qu’amoindrir celle de mon voisin et réciproquement. Le fameux dilemme de sécurité était né ! Souveraineté et frontalité : deux bonnes raisons de rapprocher la sécurité et le domaine militaire, jusqu’à confondre les deux. Il en dérivait une culture sécuritaire dont nous sommes les héritiers et qui a tant de mal à se penser sur le mode collectif. Si le concert européen établit, dès le XIX ème siècle, l’idée d’une sécurité tout juste ‘internationale’, elle n’y parvient qu’en pensant celle-ci comme un compromis entre des politiques étrangères qui devaient préserver la stabilité du tout pour mieux survivre isolément. Quand, en revanche, la Société des Nations (SDN), après le premier conflit mondial, a amorcé l’idée d’une ‘sécurité collective’, les vieux réflexes souverainistes n’ont pas tardé à réapparaître…
regardons la terrePourtant le monde évolue. La mondialisation, en s’affirmant, a défié par trois fois le principe de souveraineté. D’abord, en se voulant inclusive : l’humanité entière, pour la première fois de son histoire, agit sur une scène unique qui lui impose autant de contraintes et de normes potentiellement communes. Ensuite, en cultivant l’interdépendance : loin d’être subordonnée aux conditions de la concurrence comme naguère, ma survie dépend des liens qui m’unissent aux autres. Enfin, en promouvant la mobilité : dans un monde de communication généralisée, tout le monde voit tout le monde et chacun est potentiellement ou réellement chez l’autre. Du coup, d’une sécurité compétitive et souveraine, nous passons doucement mais surement à une ‘sécurité liée’. Ma sécurité dépend désormais de l’accomplissement de celle de l’autre et de la construction de celle de tous…

Lire la suite : Rajeunir la sécurité internationale