ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

Polémologie / Irénologie

paris climat 2015Pour l'équipe Hollande, la marche silencieuse du 11 janvier, c'est bien la preuve que 'la France est la capitale du monde'. Mais la formule, Hollande se l'était déjà approprié. Le cocorico mégalo va donc siffler deux fois. Rappelez-vous ! Lors de ses vœux à la Nation pour Nouvel An, le président nous avait expliqué que Paris serait en décembre  «la capitale du climat». En accueillant le sommet climatique de COP21 de décembre au Bourget, où se côtoieront en tout cas 25.000 participants, parmi les délégations officielles, nos dirigeants ont flairé une occase à la fois pour valoriser nos capacités d'accueil, et pour remettre en selle des ambitions contrariées par la conjoncture.
Si le bal des faux culs du 11 janvier peut être perçu comme un exercice pour les responsables de la sécurité et les tireurs d'élite du GIGN, les hôtes français feraient bien d'explorer de nouvelles pistes pour contrer les pollutions qui alimentent et entretiennent un climat de haine. Dans ce monde de tarés, il n'y a pas que le C02 qui risque de nous étouffer ! L'agenda environnemental insufflé par Nicolas Hulot va devoir s'étoffer, en excluant, parmi les ONG mal identifiées, les Ennemis de la Terre.

Lire la suite : Pour reboiser l'âme humaine, y a du boulot ! 

 

LE POINGLes colonies

En dépit des progrès accomplis dans la lutte contre le colonialisme, il reste aujourd'hui encore 16 territoires non autonomes où vivent près de deux millions de personnes. Parmi ces territoires, le Sahara occidental colonisé par le Maroc, Samoa et les Îles Vierges colonisés par les Etats-Unis, les Malouines, Gibraltar, Anguilla, Bermudes, Îles Vierges, Îles Caïmans, Montserrat, Pitcairn, Sainte-Hélène, Turks et Caïcos sous administration britannique. La Nouvelle-Calédonie et la Polynésie, sous administration française.
r11 67442 france monde

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme dirait Bruno Barrillot qui vient d'être congédié de son poste de délégué polynésien pour le suivi des conséquences des essais nucléaires, ce n'est pas très agréable pour nos diplomates de porter l'image d'une France qui demeure, aux yeux des Nations unies, une puissance coloniale. J'ignore ce que vont faire les socialistes au pouvoir en France (...) Je suis quand même surpris que les règles de "moralisation" de la vie publique et politique prônée pour la métropole ne soient pas appliquées ici. En tout cas, il faut bien reconnaître que depuis la fin des essais, malgré quelques miettes pour satisfaire ses clients corrompus "profiteurs de l'argent de la bombe", le développement économique de la Polynésie est quasiment abandonné... L'image de la France est ternie par le fait qu'elle laisse s'installer au pouvoir local en Polynésie des personnalités qui, en Métropole, auraient été automatiquement disqualifiées et obligées de se retirer de toute responsabilité publique... La gauche perd là aussi une occasion'.

B.C. mi-juin 2013

 

Lire la suite : Colonies et colonisés

republique-SNIFBricoler des missiles mer-sol balistiques ne viole aucun traité. S'entraîner dans les eaux internationales avec des fusées désarmées, donc sans leurs munitions nucléaires, n'est interdit à personne ou...presque. Le missile M51 qui a fait 'pschitt' le 5 mai n'est pas une exception française. La preuve ? Les Russes ont subi 6 échecs avec leur 'Boulava'. Seulement voilà : l'échec déshonore notre 'dissuasion' sanctuarisée par le tout nouveau Livre Blanc.

Lire la suite : Le tir râté du missile M51

 

 

2008 Mirage2000-BEAD-air-A-2008-009-ALa dissuasion nucléaire française est assurée par quatre SNLE, armés de 64 missiles M-51. Sa force de frappe est évaluée à une puissance équivalente à plus de 4.000 fois celle d'Hiroshima. Mais il faut croire que cette dissuasion dite minimale, de stricte suffisance (sic), ne suffit pas. La preuve ? Le dispositif de la dissuasion repose aussi sur une force de frappe aérienne. Pourquoi ? Pour des motifs qui échappent à un ennemi éventuel, ou/et à certains professionnels. D'ailleurs, la France a vécu d'autres mystères dans la répartition du pouvoir atomique : elle disposait d'une composante terrestre – les missiles SSBS du plateau d'Albion – et cette force fut paradoxalement confiée à l'armée de l'air. Pourquoi ? Pour éviter que les aviateurs ne souffrent d'un complexe d'infériorité par rapport aux marins.

Lire la suite : La composante aérienne de la force de frappe

photo-eva-joly-kayak

Le rêve d'Eva Joly et la polémique qui s'ensuivit devraient faire en sorte que les questions de défense soient au cœur des débats de la Présidentielle ; que les citoyens se déterminent en fonction de cet enjeu.

 

 

 

1. Refuser de jouer à cache-cache

Le Cachez cet armement que je ne saurais voir ! peut faire sourire et les âmes les plus prudes pourront s'en contenter. Mais décréter demain que le ministère de la défense devrait s'appeler le ministère de la paix est trompeur. À chaque Etat correspond un certain type de défense - L'Etat social et politique d'une nation est toujours en rapport avec la nature et la composition des armées. C'est en fonction d'elles (nature et la composition des armées) que l'Etat définit ses priorités dans la 'gestion' de la population civile ; et le recrutement de ceux qui sont chargés du maniement des armes se fait en fonction des options en matière de défense. Selon l'idée que l'on a du type de société à réaliser, on penche vers telle ou telle option en matière de défense. Qu'apporte la dissimulation ? Pour les salons de l'Armement, Eurosatory, Euronaval, même Le Bourget, des voix se font entendre pour les condamner. Pourtant, ces salons, faut-il les interdire ?

Lire la suite : Les 13 leçons d'un défilé du 14 Juillet