ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

Polémologie / Irénologie

DimonaMap 001Au cours de l’année 2017, Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, avait appelé Israël à vider un réservoir à Haïfa pouvant stocker 12.000 tonnes d'ammoniaque et à démanteler la centrale nucléaire de Dimona. "Israël possède l'arme nucléaire mais nous pouvons transformer cette arme en menace contre Israël. (...) Ils savent que nous pouvons frapper leurs réacteurs nucléaires", avait-il ajouté.
Depuis lors, la commission israélienne de l'énergie atomique (IAEC), qui prend très au sérieux le scénario d'une attaque ciblée, a conduit un exercice d'entraînement simulant une attaque de missile contre l'un des réacteurs de Dimona incluant l'évacuation d'employés et la mise en place de mesures contre la fuite de matières radioactives. L'Agence nucléaire admet qu’une attaque au missile contre un réacteur nucléaire constituerait un succès pour la propagande de l'Iran et du Hezbollah ; et provoquerait un climat de peur. Mais elle estime qu’un risque de fuite radioactive est exclu, tout comme une contamination de l’environnement ou de la population dans le désert du Néguev.

Le fantôme de Vanunu

vanunu 2017Pourtant, avec ou sans menace de frappe ou de sabotage, Dimona pose problème. Car Dimona renvoie à une affaire qui a fait la ‘une’ dans les années 80 (Sunday Times en 1986) lorsqu’un technicien de la centrale du nom de Mordechai Vanunu a révélé à la face du monde l’existence du programme nucléaire militaire d’Israël. Les révélations de ce lanceur d’alerte (Prix Nobel alternatif en 1987) lui ont coûté 18 ans de prison après une arrestation sous forme de kidnapping à l’aéroport de Fiumicino. Libéré de prison en 2004, il pourrait prochainement rejoindre sa compagne en Norvège. (Oslo a donné son accord). Bien qu’accusé d’être un traître, tous les secrets réels ou supposés dont il aurait été dépositaire ont été publiés par Frank Barnaby dans ‘The Invisible Bomb: Nuclear Arms Race in the Middle East’, à partir des interviews qu’il a menées avec Vanunu.
L’optimisme affiché par l’Agence au sujet de la centrale est loin de faire l’unanimité. Deux études, citées par le quotidien plutôt de “centre-gauche” Haaretz (*),

Lire la suite : Dimona, ‘en service’ depuis 55 ans 

Missiles PlantuGrâce à Téhéran et grâce à tous les acteurs qui se penchent sur son sort, on peut dire que la bombe iranienne à venir est – déjà - une arme d’instruction massive. A nous d’en tirer quelques enseignements.
Dans les négociations en cours, brouiller les pistes est une vieille recette. Que Messieurs Kerry ou Obama pinaillent sur les arrangements en cours, c'est tout de même grâce à la générosité de Washington que l'Iran acquiert dès 1967 un réacteur de recherche de 5 MW pour le collège technique d'Amir Abad aux alentours de Téhéran.
Ceux qui hurlent aux loups ne sont pas les plus crédibles. Quand Paris, par la voix de son ministre Laurent Fabius,  fait savoir sur les ondes de France Inter que le nucléaire militaire au Moyen-Orient "serait un danger considérable", il ne mentionne pas le cas d’Israël, alors même que l’arsenal nucléaire israélien et son monopole est vécu comme le facteur le plus déstabilisant dans la zone.
Mettre des bâtons dans les roues des amoureux de la bombe n’est pas nouveau. Quand les Barbus de Téhéran décident de s’approvisionner en uranium auprès du Kazakhstan, les Américains lancent l’opération ‘Saphir’ en 1994 : des avions de transport C-5 vont aller récupérer de l'uranium enrichi (un pactole suffisant pour produire une cinquantaine de bombes), l'emmener à Oak Ridge dans le Tennessee, quitte à dédommager les Kazakhs par la suite pour les pertes occasionnées.

Lire la suite : La bombe iranienne, Arme d’Instruction Massive

ISRAEL NUKES IRAN

Je dois commencer par une confession choquante : Je n'ai pas peur de la bombe nucléaire iranienne. Je sais que cela fait de moi une personne anormale, presque un monstre. Mais que puis-je faire ? Je suis incapable d'avoir peur, comme un vrai Israélien. J'essaie comme je le peux, la bombe iranienne ne m'angoisse pas. Mon père m'a une fois enseigné comment résister au chantage : Imagine que la terrible menace d'un maître-chanteur s'est déjà réalisée. Alors tu pourras lui dire : Allez au diable ! J'ai souvent suivi ce conseil et il était fondé. Aussi maintenant je l'applique à la bombe iranienne : J'imagine que le pire est déjà arrivé : les horribles ayatollahs ont déjà obtenu les bombes qui peuvent éradiquer le petit Israël en une minute. Et alors ?

Selon des experts étrangers, Israël a plusieurs centaines de bombes nucléaires (les évaluations varient entre 80-400). Si l'Iran envoie ses bombes et efface la plus grande partie d'Israël (moi-même inclus), des sous-marins israéliens effaceront l'Iran. Quoi que je puisse penser de Benjamin Netanyahou, je compte sur lui et nos chefs de sécurité pour garder notre capacité de riposte intacte. Nous avons été informés que l'Allemagne avait livré un nouveau sous-marin de pointe à notre marine à cette fin. Des Israéliens imbéciles – et il y en a un certain nombre – répondent : ‘Oui, mais les dirigeants iraniens ne sont pas des gens normaux. Ils sont fous. Des fanatiques religieux. Ils risqueront la destruction totale de l'Iran juste pour détruire l'État sioniste. Comme on échange les reines dans le jeu d'échecs’. De telles condamnations sont le résultat de décennies de diabolisation. Les Iraniens – ou au moins leurs dirigeants – sont vus comme des mécréants inhumains. La réalité nous montre que les dirigeants d'Iran sont des hommes politiques très mesurés, très prévoyants. Style prudents marchands dans le bazar iranien. Ils ne prennent pas de risques inutiles. La ferveur révolutionnaire des premiers jours de Khomeiny est passée depuis longtemps, et même Khomeiny n'aurait pas imaginé faire quelque chose qui soit si proche du suicide national.

Lire la suite :  Uri Avnery - la bombe iranienne, qui en a peur ?


F. W. de Klerk 2012'It would be a mistake to think that the end of the Cold War also ended the threat posed by nuclear weapons. Nuclear-armed states continue to deploy huge arsenals of nuclear weapons other states continue with their efforts to acquire nuclear weapons and there is the alarming possibility that such weapons might fall into the hands of terrorists. Accordingly, it might be helpful to consider the factors that led South Africa to develop nuclear weapons and the reasons why it decided to dismantle them in 1989.

In 1974, as Soviet influence began expanding in southern Africa, our country decided to build a small number of nuclear bombs. After the collapse of the Portuguese empire in Africa in 1975, South Africa's industrial heartland was suddenly vulnerable to air attack from the Soviet Union's new allies in the region.

Lire la suite : Are nukes missing in South Africa?

n-korea-lower-tech-threatIl faut remercier le 'camarade' nord-coréen Kim Jong-Un, hissé au hit-parade de la provocation internationale. Grâce à ce maître chanteur hors pair me revient le slogan qu'on pouvait lire sur les autocollants en Allemagne dans les années 80 : Eine einzige Atombombe kann dir dem ganzen Tag verderben... Ou, si vous préférez : Une seule bombe nucléaire peut carrément te gâcher la journée.

 

 

Une erreur de timing

Le premier secrétaire du parti des Travailleurs n'a pas eu de chance. Alors qu'il s'évertue à améliorer l'image de marque de son pays – le 'branding' comme disent les Anglo-saxons – voilà qu'il se plante dans le calendrier de ses célébrations. Plutôt que de faire péter sa bombinette le 16, (février), histoire de rendre hommage à feu son père en sa date d'anniversaire, Kim a préféré le 12, le jour même où le Pape Benoît décida de rendre son tablier. Et voilà que la modestie bienveillante du chef de l'église a failli éclipser le coup de gueule atomique du chef autoproclamé de l'Axe du Mal.

Lire la suite : Kim Jong-Un, un bienfaiteur malgré lui