ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

Acteurs indignés

Ak47 table

La guerre, il y a ceux qui la font, ceux qui la glorifient, qui ne sont d’ailleurs pas forcément les mêmes, et puis il y a ceux qui la subissent. Pas si simple… la relation qu’entretiennent les hommes avec leurs armes !

Pas simple non plus de jeter un regard pertinent sur ce qui représente ce mal-être de nos sociétés. Et les dégâts collatéraux de guerres qui nous dépassent ou de conflits que nous ne voulons pas reconnaître comme tels. Certes, les artistes s’en inspirent, pour faire du buzz, pour l’amour de l’art…. ou encore pour dénoncer la fascination que ce mal-être exerce. C’est le cas de la chaise au pied brisé, (de 12 mètres de haut) dessinée par l'artiste Daniel Berset, réalisée par le charpentier Louis Genève, imaginée par Paul Vermeulen, co-fondateur de Handicap International Suisse. Elle trône au cœur de Genève, à l’entrée du Palais des Nations (ONU). Elle ne symbolise pas le caractère boiteux de l’ONU, mais le combat contre les mines antipersonnel.
Dans la déco, Stark a innové dans le design intérieur. Celui pour qui la Kalach est ‘le plus grand succès du design industriel de l’histoire’, a créé une collection qui s’appelle ‘Gun’. Ses pieds de lampe en forme de fusil-mitrailleur ont fait le tour du monde et l’artiste n’a rien laissé au hasard : le pied est en couleur dorée, pour montrer la collision de la guerre et de l’argent. L’abat-jour est noir pour évoquer la mort. Les petites croix à l’intérieur sont là pour montrer que la mort individuelle n’est pas une entité abstraite. WEAPONS ETALAGEBref, sans crainte de banaliser cette arme de destruction peu sélective qui a franchi autant de frontières que le yaourt bulgare ou le lait en poudre Nestlé, Stark considère que la présence d’une « kalach » à la verticale dans la déco d’un salon est le meilleur moyen de rappeler que nous sommes complices de la production et de la vente de ces armes.
On ne va donc pas s’étonner que la tasse-pistolet, ou gun-mug se soit imposée dans le paysage quotidien avec le slogan ‘pour flinguer la morosité’. Sans avoir besoin de se creuser la tête, on se rend compte que ces armes - 640 millions d’armes de ce type sont en circulation, 14 millions fabriquées chaque année, un million volées ou détournées - sont devenues des objets de consommation courante.

Lire la suite : McCrow et la Kalash way of life

Pizza PolicePas toujours évident d'être citoyen d’un Etat pour qui le nucléaire fait partie de l’identité nationale. Même si cela ne figure pas dans la Constitution comme en Corée du Nord. Un Etat qui, en matière de prolifération nucléaire, veut faire la leçon à l’Iran plutôt qu'à Israël. Un Etat qui, pour s'introduire dans le club atomique, a saboté le moratoire sur les essais atmosphériques en 1960. Le dernier des Etats nucléaires reconnus comme tels à avoir conspué le TNP jusqu’en 1992, ce TNP qui n'a pas empêché la France à assister Israël, l’Irak, la Corée du Sud, le Pakistan, l’Afrique du Sud et quelques autres dans leur aventure nucléaire militaire.  
La France, un pays singulier où l’enseignement sur la paix (peace studies) a été interdit jusqu’à la fin de la guerre froide. C’est dans ce même pays où 2 candidats à l’élection présidentielle ont été incapables, lors d’un débat télévisé, de citer le nombre de sous-marins nucléaires, et incapables de faire la distinction entre un sous-marin nucléaire d’attaque SNA et un sous-marin lanceur d’engins nucléaires, SNLE. Un pays étonnant qui pourrait tout de même s’honorer d’avoir offert au monde une dizaine de Prix Nobel de la Paix. 

Il y a ceux ici de rendre hommage aux victimes de Hiroshima et Nagasaki. Aux jeunes qui nous écoutent, et qui ont peut être l’impression que ces évènements tragiques appartiennent à l'histoire ancienne, je rappelle qu'en février 2013, une nouvelle photo du bombardement d'Hiroshima…a été retrouvée, et fut publiée par le journal ‘Rue 89’…
CHRISTMAS ISLANDEn tant que journaliste, c'est l'occasion de rendre hommage à ceux qui ont fait leur travail, et qui honorent la profession. Tel ce journaliste australien Wilfred Burchett, ami personnel d'Ho Chi Minh, seul reporter occidental à avoir rendu compte de la guerre du Vietnam, à partir du front nord-vietnamien. Il a vu Hiroshima, ce qu'il en restait et témoigné.

Lire la suite : A Mons, en évoquant W. Burchett et la peste atomique

Ile-de-jejuLe 31 janvier, dans le village de Gangjeong (2000 habitants), sur l'île de Jeju située à 85 km au sud de la péninsule coréenne, les forces militaires et la police anti-émeutes s'en sont pris aux manifestants qui résistent depuis 8 ans pour empêcher la construction d'une base militaire...

Le projet a été conçu en 2002, le chantier a démarré en 2007. La base navale doit être opérationnelle d'ici le printemps 2016. Voici pour le calendrier. Mais la marche forcée vers la militarisation du site a de quoi étonner. Jeju est répertorié depuis 2007 au patrimoine mondial de l'Unesco. Qu'en sera-t-il demain de la préservation du meilleur et du durable ? Des plongeuses surnommées «haenyo » ou filles de la mer qui, selon la tradition, plongent en apnée pour récolter les fruits de mer et les algues, vont céder la place aux vigiles casqués qui surveillent le sarcophage de béton. Les pêcheurs vont devoir se recycler ou périr tandis que les dauphins qui migrent au cours de l'été depuis l'Alaska risquent fort de changer d'itinéraire. Cette insulte à la nature, cette catastrophe écologique n'auraient-elles pas dû émouvoir les 4000 personnes - dont le Secrétaire général (sud-coréen) des Nations Unies en personne - qui ont assisté en août 2012 à la cérémonie officielle d'ouverture du congrès de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) ?

Lire la suite : Jeju, un nouveau Larzac ? 

Dubbed “World Citizen #1,” he was author of nine books, host of a the weekly World Citizen Radio Show, founder of the World Service Authority and passionate advocate on TV news worldwide, right up until his death.
davis articleLargeDavis was one of these persons to live as a citizen of no nation, only the world – for 65 years. He was hailed by Albert Einstein for “the sacrifices he has made for the well-being of humanity,” extolled by Buckminster Fuller as “the new World Man”, encouraged by Eleanor Roosevelt to start “a worldwide international government,” and defended by Albert Camus.
Born 27 July 1921 in Bar Harbor Maine to band-leader Meyer Davis and pianist Hilda Davis, Garry trained as an actor, and was a popular stand-in for Danny Kaye in the hit Broadway show “Let’s Face It” 1941-43. Drafted, he chose the Army Air Corps and was awarded the Presidential Citation for bombing Hitler’s secret weapons plant at Peenemunde.
However, when he was ordered to bomb the city of Brandenburg, he was horrified. “My own brother was killed and I’m killing brothers? And families?” he reminisces in a forthcoming documentary about his life.
Determined to stop the next war, he quit a top Broadway show and went to Paris where the UN was meeting in 1948. He officially gave up his U.S. citizenship and offered himself to the United Nations as their first “World Citizen.” The UN declined, but Albert Camus, Albert Einstein and 20,000 others rallied with him at the Paris Velodrome to demand that the UN recognize the rights of humanity. The very next day, December 10, the Soviet Union stepped aside and let the United Nations pass the Universal Declaration of Human Rights (UDHR) unanimously.
Five Days later Eleanor Roosevelt wrote in her My Day Column: “How very much better it would be if Mr. Davis would set up his own governmental organization and start then and there a worldwide international government.” So, after registering 750,000 World Citizens, Garry went on, in 1953, to declare a government of, by and for the people of planet Earth. He then founded its administrative agency, the World Service Authority (WSA) in Washington DC, which continues to issue World Passports, visas, marriage licenses, birth certificates and other documents all based on the mandate of the Universal Declaration of Human Rights. www.WorldService.org
In 1956, Garry issued a World Passport to Prime Minister Nehru, who called it “the passport Gandhi would have carried.” Garry travelled on his World Passport extensively, promoting world citizenship, human rights and a World Court of Human Rights. WSA documents continue to enable thousands of stateless refugees to regain their identity, and for many, their freedom.
In 2012, Davis sent Wikileaks founder and refugee of the Ecuadorean embassy in London Julian Assange a World Passport. Only weeks before he died, Davis sent a passport to whistleblower Edward Snowden in Moscow in care of the Russian authorities.
Garry Davis is the subject of a forthcoming documentary executive-produced by Robert Watts (Star Wars) and directed by Arthur Kanegis, producer of the award-winning short “My Country is the World” and of “War Without Winners”(Paul Newman, Haskell Wexler).

Garry Davis passed away July 24th 2013, in Burlington, VT.

thierry-maous 2Tous les livres, revues et magazines qui traitaient de permaculture ou d'éthologie en passant par l'économie solidaire ou circulaire n'échappaient pas à Thierry Maous. Pourtant, il se méfiait des mots, couchés sur le papier. Surtout des siens. Pour palier à ce manque, « une tare de la jeunesse » disait-il, il fut l'artisan d'Écothèque, une médiathèque du développement durable sur internet. 

Si le développement durable faisait sens, il fallait propager le message de façon pédagogique. Et Thierry, avec le ton d'un instituteur, se pensait d'abord comme un homme de la comm'. C'est d'ailleurs à Greenpeace qu'il fit ses premières armes et développa un vrai service de production audiovisuelle pour cette ONG qui, dans les années 80, avait du mal à faire passer son message. Dans les années 90, il estime qu'une publication consacrée à l'environnement et au développement durable dans le domaine de l'audiovisuel fait défaut en France. Il se lance alors dans Les Cahiers du futur, un projet qui donnera naissance à Ecofilm. Ca tombe bien puisque Thierry ne parvient pas à se maintenir aux commandes du Festival international du film d'environnement (FIFE) en Ile-de-France. Il reprend l'idée d'un festival itinérant du film du développement durable. Lille sera le premier terrain d'essai. Puis, Thierry élabore un kit à destination de toutes les communes, que ce soit en métropole et en outre-mer. Dans la foulée, il enfile le costume d'animateur (qui lui convient) en invitant les écoliers à être partie prenante des activités culturelles du festival.

Lire la suite : Thierry Maous et le Collège Cévenol