ATHENA21.ORG

Géopolitique et développement durable

logo athena

RUTH SIVARDEn 1964, R.L. Sivard dirige les études économiques internationales de la U.S. Arms Control and Disarmament Agency l'agence gouvernementale des États-Unis, connue par son acronyme 'ACDA'. Cette agence a pour mission de soutenir et renforcer la politique américaine de désarmement, maîtrise des armements et de non-prolifération. La publication annuelle sur les dépenses annuelles mondiales, c'est l'ACDA qui s'en charge. Dès janvier 1966, le rapport étoffe et comprend aussi les dépenses destinées à l'éducation, la santé et l'aide économique à l'étranger. Dès 1968, le rapport s'intitule 'Dépenses militaires mondiales' présente sous le même volume les dépenses sociales, avec pour objectif de les comparer aux dépenses militaires. La sociologue et économiste qui se charge de cette collecte estime que les chiffres relatifs aux dépenses d'armement sont plus éloquents s'ils sont mis en parallèle avec le montant des dépenses consacrées au secteur social par exemple.

Lire la suite : Penser et dépenser avec Ruth L. Sivard 

ted taylor - anti-nuclear physicistHiroshima à l'âge de l'inconscience

Il n'était pas vieux, Theodor Taylor, (1) quand se produisent les explosions d'Hiroshima et de Nagasaki. Il avait 20 ans. Mais le jeune Ted saisit dans cet événement historique deux choses essentielles qui vont bouleverser sa propre existence. C'est à la fois la surprise et l'embarras. Une surprise ? Oui, explique-t-ili je n'avais jamais entendu parler de fission, je ne savais même pas que c'était possible. Embarras ? Bien sûr, et d'ailleurs j'ai écrit à ma mère quelques jours plus tard pour lui dire ne t'inquiète pas Maman, jamais je ne travaillerais sur ces armes terribles. Sa mère qui l'a mise au monde en 1925 à Mexico, méritait bien d'être rassurée. Après tout, elle savait mieux que d'autres que Ted avait un faible pour tout ce qui fait boum et à Mexico, où il passé son enfance (son père dirigeait là-bas le YMCA), les explosifs et les pétards étaient ses loisirs préférés.

Lire la suite : Ted Taylor, de Los Alamos au projet solaire 'Nova'

LAUNCH NUCLEAIREJean-Luis Cahu est né en 1959. Dès l'âge de treize ans, son père, maquisard normand de la Seconde Guerre mondiale, l'initie aux problèmes de défense. De 1974 à 1977, il suit une formation d'électro-technicien, et, en 1978, effectue son service militaire. En 1979, il rejoint l'Ecole des officiers de réserve de l'armée de l'Air d'Evreux. Plus qu'un engagement volontaire, c'est une vocation.
L'officier Cahu, carte d'identité militaire n° 79851, est convaincu que l'armement nucléaire existe pour garantir la paix. Il a vingt ans et il y croit. On lui confie des missions qui ne sont pas anodines telle, par exemple, la coordination des missions de bombardement des avions Mirage IV en exercice, au Q.G. des forces aériennes stratégiques, à Taverny. Cette tâche exige de la part de ceux qui l'accomplissent du sérieux et une grande solidité psychologique ( 'un comportement irréprochable' dira l'armée).
ALBION pisteDevant les écrans de contrôle, Cahu aura pour dernière mission de conserver la clef qui peut déclencher le feu nucléaire. Et pas n'importe quel feu nucléaire : le tir des missiles S-3 du Plateau d'Albion. C'est là, à 400 mètres sous terre, en attendant l'improbable ordre d'engagement du Président de la République que Cahu va remettre son destin en question. 

Lire la suite : Jean-Louis Cahu, déserteur nucléaire

 

appel RUSSEL EINSTEIN

 

 

 

 Alors, s'étendra devant nous, si nous faisons le bon choix, un progrès continuel de notre bonheur, de notre savoir et de notre sagesse. Au lieu de cela, allons-nous choisir la mort parce que nous n'arrivons pas à oublier nos querelles ? Nous faisons appel en tant qu'êtres humains à d'autres êtres humains. Souvenons-nous de notre humanité et oublions le reste.

Dans la situation dramatique où se trouve l'humanité, nous estimons que les hommes de science devraient se réunir en conférence pour prendre la mesure des périls créés par le développement d'armes de destruction massive et examiner un projet de résolution dont l'esprit serait celui du projet ci-dessous.
Ce n'est pas au nom d'une nation, d'un continent ou d'une foi en particulier que nous prenons aujourd'hui la parole, mais en tant qu'êtres humains, en tant que représentants de l'espèce humaine dont la survie est menacée. Les conflits abondent partout dans le monde...
Chacun d'entre nous, ou presque, pour peu qu'il soit politiquement conscient, a des opinions bien arrêtées sur l'une ou plusieurs des questions qui agitent le monde ; nous vous demandons toutefois de faire si possible abstraction de vos sentiments et de vous considérer exclusivement comme les membres d'une espèce biologique qui a derrière elle une histoire exceptionnelle et dont aucun d'entre nous ne peut souhaiter la disparition.
Nous nous efforcerons de ne rien dire qui puisse constituer un appel à un groupe plutôt qu'à l'autre. Tous les hommes sont également en danger, et peut-être, s'ils en prennent conscience, parviendront-ils à s'y soustraire collectivement.

Lire la suite : Le Manifeste Russell-Einstein (extrait)